Renaissance des librairies indépendantes ?

Malgré les pronostics pessimistes, la concurrence d’Amazon et la vente de e-books, les librairies indépendantes émergent de nouveau aux Etats-Unis.

Si la fermeture d’environ mille librairies entre 2000 et 2007 semblait sonner le glas de ce type d’établissement, ce sont les grandes chaînes comme Barnes & Noble qui souffrent aujourd’hui. Un retour au conseil de spécialistes, à la proximité, une ambiance, qui attirent en premier lieu un public jeune, et font revenir un lectorat traditionnel.

La même chose semblerait-il poindre en France, avec les difficultés de Virgin, Forum et aussi de la FNAC ? Est-ce un bon signe pour nos petites librairies toujours fragiles ?

Si des librairies comme Les Volcans à Clermont-Ferrand, ou Le Marque-Page à Istres ont été sauvées grâce à l’action conjuguée du personnel, des lecteurs et des collectivités publiques, Rennes a vu la fin récente du Chercheur d’art, et celle plus ancienne de la Compagnie des langues, et celle encore plus ancienne de la mythique Les Nourritures Terrestres. La culture, le livre et son marché, mais aussi évidemment les libraires pâtissent de cet état de fait.

Espérons que nous ne verrons jamais à l’Ecomusée de Rennes cette image de Plonk & Replonck :

especes-menacées